Badis Diab sort « Agir Pour Exister », son livre évènement

L’un des plus importants acteur humanitaire du continent africain, l’algérien Badis Diab, vient d’annoncer cette semaine la sortie surprise de son premier ouvrage, AGIR POUR EXISTER : Au service de l’action humanitaire, paru aux Éditions Spinelle. Devant cet évènement littéraire de premier plan, nous sommes allés à sa rencontre afin de comprendre la genèse de ce projet.

À 29 ans, Badis Diab est ce qu’on appelle un éternel optimiste, il est de toutes les luttes de terrain (Palestine, Darfour, Sahel, Venezuela, Birmanie), et s’il est conscient qu’il ne sauvera pas le monde à lui seul, l’enfant de Constantine a déjà laisser derrière lui une oeuvre humanitaire conséquente, et de surcroit indélébile.

Il est l’un des activistes humanitaire les plus influents du Maghreb, co-fondateur de l’ONG UNITY, dont il a étendu son expansion à travers plus de 71 pays à travers le monde.

Nous l’avions déjà rencontré lors du lancement de son organisme en 2019, à l’époque, le jeune homme était déjà présent sur tous les continents, et venait de finaliser son projet de revenu universel en Ouganda.

Puis est arrivé l’année 2020 et l’expansion de la pandémie de la Covid-19 en Afrique, une situation qui l’a obligé à prendre des mesures sanitaires importantes, à travers la distribution de plusieurs milliers de masques, de gants et de lave-mains sur plusieurs dizaines de pays du continent, ainsi que le nettoyage des quartiers les plus insalubres des grandes métropoles africaines.

Pourtant, c’est en pleine suractivité qu’il a trouvé le temps de finaliser l’écriture de son tout premier ouvrage, AGIR POUR EXISTER : Au service de l’action humanitaire, qui vient de paraitre cette semaine aux Éditions Spinelle (236 pages).

Un livre évènement dont il nous accordé un entretien sans concession, de la genèse de ce projet d’écriture à la nécessité pour lui de raconter et de partager son expérience, il nous dit tout.

Un projet de plusieurs années

Agir pour Exister est le fruit d’une longue réflexion, à ce sujet il nous dit « J’ai pensé à écrire il y à de cela longtemps, mais je n’osais pas faire le premier pas, je ne me sentais ni légitime, ni assez expérimenté pour apporter mon point de vue sur la situation humanitaire dans le monde.

Nous vivons une époque malsaine où n’importe qui peut se sentir légitime de donner son avis sur n’importe quoi, dans ce sens, je considère que la légitimité est importante pour que ce monde puisse tourner normalement.

C’est avec les années, l’expérience et le développement de mes activités dans une grande partie du globe, que j’ai considéré qu’il était temps pour moi de mettre sur papier mon analyse humanitaire à l’échelle du monde ».

Pourquoi écrire ?

À ce sujet, Badis indique « Avoir accès à la parole publique à travers la presse est un avantage que j’utilise depuis plusieurs années, mais la nécessité de l’immédiateté que nécessite le journalisme ne me permettait pas de faire passer un véritable message et de prendre le temps d’apporter une analyse approfondie, écrire un livre m’a permis cette subtilité, j’ai pris le temps de revenir en détails sur des sujets qui me semble essentiels, pour s’engager sur la voie de l’humanitaire et du partage des richesses, tels que la compassion, l’amour, la fraternité, l’humanisme et la tolérance».

Il rajoute « Je souhaitais apporté mon témoignage et mon analyse sur les causes de la déstabilisation du monde, mais seulement à l’échelle humain, le comportement des individus et les sentiments qui en découle me semblait plus importants à explorer qu’une analyse purement économique ou géopolitique »

Un livre gratuit pour les Africains

Fait rare, Badis Diab offrira gratuitement et sous format numérique, son ouvrage à toute personne résidente sur le continent africain. La raison de cette démarche, il nous l’explique en ses termes « Nous sommes dans un monde en crise, ainsi, je ne pouvais pas accepter que ce livre puissent être commercialiser sur un continent qui rencontre des difficultés financières extrêmes. Je me sais très suivis sur le continent, qu’il s’agisse de jeunes et de moins jeunes et qui aimeraient lire cet ouvrage, en ce sens, il me paraissais normal de le leur offrir gratuitement »

« Je suis un algérien né dans l’’hexagone »

C’est une petite phrase du livre (p. 13) qui retient notre attention et qui met les choses au clair quant au rapport identitaire de Badis Diab « Je suis un algérien né dans l’hexagone ».

Lui qui pourtant détient une double nationalité, refuse d’entendre parler d’identité française « J’aime la France, sa culture, son intelligence et son rapport au concept de liberté, mais malgré tout, je ne suis pas et je ne serais jamais français. La France m’a élevée, elle m’a accordée l’éducation, la morale et l’éthique, j’en en suis reconnaissant, mais est-ce suffisant pour que je puisse me considérer comme français ? Je ne pense pas.

Le rapport à l’identité est propre à chacun, et chaque individu à le droit d’être ce qu’il veut.

Si certains se définissent comme français ou comme franco-algériens, ils en le droit.

Avoir un passeport français ne suffit pas à me définir comme tel, parce que tout ce qui compose l’homme que je suis aujourd’hui me vient d’Algérie, de mon histoire personnelle et familiale, de l’héritage intellectuel de Abdelhamid Ibn Badis ou de l’Émir AbdelKader, ou même des luttes que furent celles de Ali la Pointe ou de Djamila Bouhired. Je suis un Algérien né à l’étranger, et je resterais algérien jusqu’à mon dernier souffle ».

Un message d’amour pour sa patrie qui n’empêche pas Badis Diab d’être au service du monde, « humain avant toute autre considération » comme il nous le rappelle, actif sur le terrain de l’action humanitaire sur tous les continents, que ce soit dans la santé, l‘éducation, le handicap ou la biodiversité.

À travers la parution de Agir pour Exister, Badis Diab ouvre ainsi un nouveau chapitre de son incroyable parcours de vie, celle d’un jeune écrivain désormais, dont le succès de son premier ouvrage ne fait plus aucun doute.


Un article par Rayan Hernan. Le livre “Agir pour Exister” est disponible ici.