Algérie / Pour une révolution “éthico-démocratique”

33 mins read
Protest in Bejaia

Par Mohamed-Amokrane ZORELI, chercheur en économie sociale et solidaire et Mohand Ait-Abdellah, chercheur en sciences économiques.

La déclaration du Vice Ministre de la défense nationale invitant à destituer le président de la république en poste par l’application de l’article 102 de la constitution et de lancer, après des réaménagements à effectuer au niveau de l’épique gouvernante actuelle, un processus de consolidation de l’État en réalisant des actions et des élections devant déboucher sur un état de satisfaction de toutes les exigences du peuple, sonne le glas de l’option de convergence des groupes hégémoniques, l’armée et les représentants politiques classiques du peuple, pour la réalisation par convention d’un processus d’ajustements devant déboucher sur la transition douce de l’Algérie vers un État démocratique.

En même temps, « entre le risque du dégagisme radical et les fausses réformes que va initier le régime », que signale l’intellectuel K. Daoud, comment maintenir en vie l’espoir de voir naître « l’Algérie nouvelle », puis, en tenant compte des contraintes et des moyens, trouver ce chemin optimal qui puisse nous permettre de cheminer dans les meilleures conditions souhaitables vers la transition démocratique la mieux désirable ? « Il faut continuer à chercher », ajoute cet intellectuel. Il faut surtout, nous rétorquons, commencer à bien chercher. Et commencer à bien chercher nécessite de repenser les termes du débat pour le réorienter, c’est-à-dire réinterroger les concepts clés. Réinterroger les concepts clés, parce que nous devons maintenant voir cette grande vérité dite par B. Mvé Ondo, que, « quand on regarde les sociétés africaines, on a l’impression que, prises dans le mouvement, dans une sorte de cinétique, elles vont d’impasse en impasse » : toutes les guerres d’indépendance africaines ont débouché sur des totalitarismes les plus abjects, les récentes révolutions arabes ont fini avec le cérémonial de consécration du Caïd en Tunisie et du Général en Egypte, et avec l’installation du désordre durable en Libye.

Le propos de cette contribution est non pas de trouver comment assurer la continuité et la stabilité des institutions pour éviter que l’État ne s’affaisse, non pas de repérer les mécanismes pouvant faire que, dans ces tensions conflictuelles entre les groupes hégémoniques, les rapports se renversent, mais, à la derridienne, de rendre visibles toutes les faces de la promesse; promesse d’un avenir enchanteur, non pas seulement pour les privilégiés et le taux de croissance, mais surtout pour tout citoyen, quelque soit son origine sociale, ses capacités, ses incapacités et ce qu’il s’est choisi comme mode d’existence. Il s’agit pour l’Algérie, en somme, d’ouvrir le présent avec son passé dedans aux promesses qui pourront advenir. Il s’agit, pour dire les choses autrement, d’éviter qu’une nouvelle impasse algérienne ne survienne. Pour ce faire, nous vous proposons de réinterroger deux éléments essentiels caractérisant la révolution algérienne actuelle, en procédant par destruction-construction (déconstruction), dans l’objectif de dégager de nouveaux sens qui puissent réellement enchanter nos espérances : les structures et les hommes de la transition et la notion de transition démocratique.

Des structures et des hommes de transition 

Depuis le début du mouvement populaire, nous avons vu se multiplier deux catégories d’initiatives, toutes les deux, si elles venaient à être concrétisées, ne manqueraient pas de reproduire le statu quo : des listes de personnalités qui devraient gérer la période de transition et des feuilles de route pour la sortie de crise. Ces listes de personnalités nationales et feuilles de route proposées, il est important de le signaler ici, n’arrivent pas, malgré les moyens mobilisés par les médias et les faiseurs d’opinion classiques, à gagner l’adhésion du peuple. Cela montre qu’il y a une rupture définitive entre d’une part tous les médias et toute l’élite politique et intellectuelle familiers, opposants familiers du prince ayant toujours fait « les bureaux arabes » du régime, qui cherchent à influencer le cours des événements et à donner une trajectoire au mouvement selon leur schèmes, structures et modèles du passé et, d’autre part, le peuple qui agit selon des schèmes, structures et modèles d’avenir.

Les structures de transition démocratique 

Les feuilles de route proposées pour permettre la transition démocratique, au-delà des divergences de forme, contiennent des éléments de fond qui sont partagés, faisant que toutes tendent naturellement, lorsque les bonnes intentions y sont, à reproduire la démocratie représentative. D’abord, toutes ces propositions se référent au Congrès de la Soummam ou à la déclaration du premier novembre, ou encore aux deux en même temps. Si la référence à ces documents, et donc à ces événements, est important pour inscrire notre processus dans son historicité, il est également important, c’est ce qu’aucun des promoteurs de ces listes et personnalités ne semble comprendre, de voir que ces dates historiques et leurs documents ne nous sont utiles que dans la mesure où, en nous permettant de savoir d’où nous sommes venus jusqu’ici et par quel chemin, ils nous donneraient la possibilité d’apprendre de nos expériences.

Apprendre de ces expériences, c’est d’abord comprendre que ce sont des documents de guerre établis pour les besoins de la guerre : les six régions historiques n’ont existé pratiquement que pour le Front de Libération Nationale. C’est ensuite savoir que les consensus du premier novembre et de la Soummam sont le produit du totalitarisme contraignant : B. Krim n’avait fait accepter à M. Boudiaf le principe  de délimiter la wilaya trois telle qu’il la concevait que parce que la révolution était déjà en marche pour lui avec les quelques 800 hommes armés qu’il avait déjà au maquis. Les Ulémas et Ferhat Abas ont été contraints par R. Abane de rejoindre le FLN et les berbéristes qui ne voulaient pas se dessaisir de leur revendication berbériste ont été liquidés. Ensuite, toutes ces propositions s’inscrivent dans la logique de la démocratie représentative, sachant que la crise actuelle de l’Algérie est essentiellement une crise de représentativité ; et, avertit A. Touraine, pour qu’une société puisse éviter ou sortir des crises actuelles de la modernité, « la démocratie représentative n’est pas suffisante. Elle doit être, ajoute-t-il, davantage directe, c’est-à-dire également délibérative et participative ». Proposer des structures délibératives et participatives, c’est d’abord tenir compte de l’histoire du territoire. À titre d’exemple, une commune en Kabylie sera plus efficacement gérée par les Temman des villages et quartiers, révocables sur décision de la majorité, que par une autre forme de gouvernance, de même que les communautés des Touarègues seront plus efficacement gérées par l’Akhamouk.   

Les personnalités de la gestion de la transition

Depuis le début du soulèvement populaire, plusieurs listes de personnalités devant gérer la transition démocratiques en Algérie ont été proposées pour parrainage au niveau des réseaux sociaux. Ce qui est naturel, puisqu’il faut des hommes et des femmes pour réaliser une transition, il est indéniable. Il est indéniable également qu’à chaque étape d’un processus particulière, il faut des hommes et des femmes particuliers, puisque ce sont des hommes et femmes d’un contexte qui, en définitive, font des situations particulières, en les façonnant d’une certaine façon, à partir de leurs schèmes et catégories mentales acquis dans l’expérience de leur vie pratique.

En observant les différentes listes de personnalités proposées pour la gestion de la transition, on s’aperçoit que, majoritairement au moins, les personnes qui y figurent ont fait partie de ce système, en étant dans un parti du pouvoir ou dans un parti d’opposition qui ont tous failli, sachant qu’un parti d’opposition est un pouvoir et qu’au plan opposition véritable au système, R. Nekkaz et A. Melouk, disent plusieurs citoyens, « ont fait individuellement largement mieux que tous ces partis d’opposition réunis ». Pire encore, ces partis, ajoutent ces citoyens, « ont fourni des ministres au pouvoir et ils ont fait des alliances avec ses partis pour quelques strapontins ». Sur ce point, S. Sadi conclut bien, lui qui dit que « la révolution citoyenne en cours impose de voir la réalité en face […] Le failli, explique-t-il, ne peut pas gérer la faillite », sauf pour l’aggraver, nous nous permettons d’ajouter.  

De même, ces personnalités de l’opposition ont toutes travaillé avec ou dans des partis ayant été gérés, comme le système a géré le pays, avec le pouvoir total, et, dit A. Touraine,  « les nouveaux mouvements collectifs doivent être […] en conflit avec les pouvoirs totaux » et ceux qui les ont incarnés à un moment où à un autre. 

Enfin et surtout, ces personnalités sont présentées comme nécessaires pour le salut du pays, alors qu’une société qui aspire à la démocratie et à l’éthique situe naturellement la créativité génératrice de solutions, non pas à l’extérieur, mais à l’intérieur d’elle-même ; c’est une société, ajoute Gaussot, qui a toutes les capacités de détecter, « de défataliser, de dé-nécessiter, de dé-naturaliser », d’une façon systématique, tout ce qui indésirable pour elle. C’est celle qui a pareillement toutes les capacités de trouver en son sein des femmes et hommes nouveaux aptes à prendre en charge ses nouveaux défis.   

De la transition : pour une révolution éthico-démocratique 

Dans une conférence-débat organisée à l’université de Bejaia, A. Tari a, par un travail de comparaison, fait utilement remarquer que le Mouvement Berbère de 1980 a permis de se constituer, à l’université de Tizi-Ouzou et au-delà en Kabylie, de véritables communautés de destin, sur les lieux d’action toujours présentes et agissantes, qui ont produit un discours, une pensée, un projet de société ; ce qui, d’après lui, n’est pas le cas avec le « mouvement algérien de 2019 ». Si quelqu’un avait essayé de le démentir, il aurait eu toute la réalité du moment contre lui : dans ce temple du savoir, même pas rempli à moitié, personne ne prenait notes pour la symbolique, même pas les modérateurs pour un utile travail de synthèse ; et durant ce mouvement, les étudiants et les enseignants organisent leurs activités séparément, ne parvenant pas à dépasser leur clivages pour se constituer, à l’avantage du mouvement, en « communauté universitaire ».

Cette situation, généralisable, de l’université, explique peut-être, du moins en partie, les insuffisances signalées, dans l’espace public et dans les réseaux sociaux, relatives aux propositions de sortie de crise faites jusqu’ici. Pour sa part, H. Tawfik, dans une de ses contributions, en faisant remarquer que le « discours (de l’opposition) est resté un discours de contestation, alors qu’elle doit le connecter à un autre temps politique », invite tous ceux qui participent à l’élaboration de plateformes ou feuilles de route pour le changement à ne pas perdre de vue que « les discours, comme des imaginaires, sont adoptés pour encadrer de nouvelles façons d’agir et d’interagir, et peuvent inculquer de nouvelles façons d’être, c’est-à-dire de nouvelles identités ».

Nous quittons ici le registre de cette analyste pour donner sens, notre sens, aux mots : ce nouveaux temps politique, c’est celui qui tient compte des attentes des générations actuelles et futures du pays, en s’inscrivant dans les défis de l’heure de l’humanité. Les nouvelles identités sont le vivre ensemble, le convivialisme, l’inter-culturalité, la liberté, la solidarité, l’égalité et la dignité. Les plateformes ou feuilles de routes pour le changement renvoient toutes, ou peu s’en fou, par leurs propositions et les notions qui les formulent, au temps politique du passé (déclaration du premier novembre, congrès de la Soummam, transition démocratique (de l’Afrique du Sud), etc. Elles renvoient parfois aussi aux « identités meurtrières » ou aux identités autoritaires, en tout cas elles renvoient toujours aux identités non connectées au « convivialisme » universel comme explicité par A. Caillé. 

La particularité, la plus partagée, c’est-à-dire en quelque sorte l’identité de toutes ces plateformes ou feuilles de route, c’est leur inscription dans un projet global du passé qui, avec un objectif vague et imprécis, ne nous fera virevolter que pour, à la fin, nous re-livrer essoufflés à l’impasse : Le mot révolution seul est imprécis, un contenant où nous pouvons mettre mille significations et leur contraire ; le mot mouvement, pouvant être actionné de l’intérieur ou de l’extérieur, renvoie plus à un déplacement qu’à un changement ; le soulèvement, comme une tempête, déplace mais ne remplace pas ; la contestation commence par refuser et finit par désabuser ; la transition démocratique, commençant avec un projet dans l’imprécision et terminant avec des concessions  entre groupes hégémoniques en négociations, ne fait que transiter d’un ordre précaire à autre ordre plus précaire (l’Afrique du Sud est devenu durant cette dernière décennie le pays ayant un taux de corruption et de criminalité des plus élevé dans le monde) ; la révolution citoyenne, printanière, fait éclore des transformations et innovations sociales qui ne résistent pas aux rigueurs du climat global, libéral ou étatique, une fois réinstallé ; enfin la deuxième république, à supposé qu’il y en a eu une première, ne fera rien de plus concrètement qu’apaiser momentanément en déplaçant, déclassant et replaçant, puisqu’en France, on est à la cinquième, et en matière de mouvements populaires on y est au sixième.

Pour faire en sorte que cette révolution ne nous mène pas vers une autre impasse,  nous devons tenir compte du niveau national et du niveau mondial. Au plan national, cette révolution ne se fera au profit de tous les citoyens, citoyens ayant une égale dignité, que dans la mesure où elle parviendra à faire que le soldat inconnu soit connu et reconnu autant que le soldat le plus connu,  que si la dignité du citoyen le plus isolé dans son coin le plus reculé soit respectée autant que la dignité de n’importe quel autre citoyen. Au niveau mondial, il serait absurde de qualifier de révolutionnaire tout changement qui ne tiendrait pas  compte de tout ce qui se produit depuis plus d’une décennie, dans les pays développés même, comme dynamiques de remise en cause des modèles dominants, qui peuvent être illustrées par le mouvement des « Gilets jaunes » en France, le Mouvement des Indignés en Espagne, au Portugal et en Angleterre, et d’autre vagues de contestation en Europe et aux USA, dynamiques qui expriment, selon  J-P. Charbonneau, le désir de changer réellement la politique, en passant« de la démocratie sans le peuple à la démocratie avec le peuple » et, nous ajoutons, par le peuple.

Ces deux dimension contenantes, nationale et mondiale, comme elles se présentent, font que la seule révolution que nous pouvons et devons désirer et réaliser est celle qui s’inscrit dans ce que A. Touraine désigne de « mouvements éthico-sociaux  (revendiquant à la fois) la liberté, l’égalité et la dignité ». D’où l’importance de la nommer et de la réclamer révolution « éthico-démocratique : démocratique, car (…) [elle permet la] lutte contre le pouvoir total ; éthique, explique A. Touraine, parce qu’[elle] interroge une manière particulière de vivre son individualité, puis de l’inscrire dans la collectivité ». 

L’éthique

Jusqu’ici les pouvoirs totaux des structures en Algérie, structures politiques, sociales et professionnelles, ont empêché les individus d’être des auteurs de leur destin et de celui de leur société. Sur le plan politique, l’individu est obligé de suivre la ligne idéologique de son parti et de se soumettre à ce parti qui décide à la place de lui par le biais de ses représentants. Au plan professionnel, l’individu, doit non seulement accepter de s’effacer dans et devant les structures qui représente tout, mais il doit également tenir compte du fait que ces structures agissent selon un intérêt catégoriel spécifique. Les pouvoirs totaux, en somme, ont toujours empêché le citoyen de faire vivre sacitoyenneté, la personne singulière de faire vivre sa singularité.

Et lorsque dans toutes les marches de ce « mouvement du 22 », les marcheurs ont partout rejeté tous les partis, ce sont en vérité ces pouvoirs totaux qui sont rejetés. D’où l’importance de comprendre que par ce rejet des structures politiques dans les marches, c’est l’autonomie et l’émancipation de chaque personne, quelque soit  l’âge, l’origine sociale, le sexe et la profession, qui sont demandées et réalisées. Contrairement à l’avis de tous les analystes, ce n’est donc pas la liberté de marcher et de se retrouver en fête dans l’espace public qui a fait sortir tout ce monde. C’est surtout d’abord le doit et la liberté de dire sa singularité par sa façon singulière. C’est surtout ensuite, le désir de faire vivre l’égalité dans un mouvement réellement égalitaire. C’est surtout enfin, le désir d’être présent là pour participer à la manifestation et au façonnement d’un nous où la dignité humaine est réellement et totalement respectée.

Le sens profond, le seul valable, a donné en somme à cette participation massive des citoyens à ces manifestation, c’est le désire de chacun de se réaliser soi-même par sa  participation active au façonnement du destin commun. Nous croyons ainsi que le message que transmettent tous les manifestants au monde et d’abord à nos analystes et politiciens est mieux résumé que quiconque par cette belle prophétie d’A. Touraine, que « la dignité humaine est au dessus de tout, y compris des lois ».             

La démocratie

La révolution « éthico-démocratique », parmi toutes les options possibles, va permettre le meilleur devenir, et ce pour plusieurs raisons. D’abord parce que  la révolution éthico-démocratique  est la seule qui tient compte du fait que la contre révolution, qui menace la révolution algérienne actuelle, n’est pas seulement ce travail des personnes qui seraient favorables pour le statu quo qui les arrange, c’est surtout les principes des modèles de démocratie dominants dans le monde, qu’on tendrait à reproduire et qui, une fois reproduits chez nous, nous mèneraient inévitablement vers les échecs produits dans les pays dits développés : inégalités sociales, dégradation de l’environnement, perte de liens sociaux, fragmentation des savoirs. Outre cela, l’Algérie et l’algérien d’aujourd’hui, il est incontestable, ont été façonnés par soixante ans de gouvernance bureaucratique ayant ancré à tous les niveaux la culture de l’appropriation, la soumission, la cooptation et la corruption.

Vouloir aujourd’hui réaliser une révolution en mobilisant les instruments de la démocratie représentative relève de l’incohérence et de l’inconséquence. L’incohérence se situe dans le fait que, en vérité, toutes les déviations commises au nom, dans, par ou avec la complicité des institutions en Algérie, les structures de la démocratie représentatives les ont permises. L’inconséquence est liée au fait de considérer que des personnes habiter, plus exactement colonisées par les catégories de la théorie de la bureaucratie soient capables de mener à bon port le bateau Algérie vers un état de démocratie, alors que les catégories mentales nous font autant qu’elles nous permettent de faire.

La démocratie à faire, notre démocratie du faire, est celle qui permet à tous de participer directement à la prise de décision, c’est la « révolution éthico-démocratique », qui tend à instaurer, dans toute situation se rapportant à la décision sur des questions d’intérêt général, plus de démocratie directe. La démocratie directe qui permet à chacun de faire vivre le moi dans le nous d’une façon permanente sans aucune restriction préalable. La démocratie directe, dit A. Touraine, passe par la « création d’espaces vitaux alternatifs et proches des sensibilités des participants », et c’est ce que les auteurs « du mouvement des 22 », plus de vingt millions de citoyens, ont compris qui commence à avoir ces espaces, comme ce groupe de jeunes qui ont décidé de faire au niveau de l’espace de la Grande poste d’Alger, une nuit blanche révolutionnaire en demandant : « laissez-nous rêver », laissez-nous réaliser nous rêves ; comme également ce groupe d’artistes et de citoyens qui ont décidé de faire de « la placette Mbarek Ait Menguellet » un espace de « la Révolte-Arts » . 


Bibliographie

Bonaventure Mvé-Ondo, « Il faut réinterroger les concepts » pour « retrouver le sens », dansLe grenier de Kibili, Blog de Aboubacar Demba Cissokho, Publié le15 novembre 2016. 

Caillé Alain, Le convivialisme en dix questions, dans la Revue du MAUSS permanente, du 25 décembre 2015.

CharbonneauJean-PierreDe la démocratie sans le peuple à la démocratie avec le peupleÉthique publique[En ligne], vol. 7, n° 1 | 2005.

Daoud Kamal, texte personnel posté sur facebook, repéré le 28-03-2019.

Gaussot Ludovic, Engagement et connaissance : sens et fonction de l’utopie pour la recherche féministe,Cahiers internationaux de sociologie 2003/2 (n° 115).

Hamel Toufik, Crise politique ou crise constitutionnelle ?, DMA, du 28-03-2019.

Lafay Denis, Alain Touraine : Réenchanter la démocratie, dans La Tribune, du 01-11-2016.

Sadi Saïd, texte personnel diffusé sur facebook, repéré le 28-03-2019. 

Tari Aziz, Conférence-débat, organisé à l’université de Bejaia.

Touraine Alain, Conférence, Université Laval, Faculté des sciences sociales, FSSULTV, 29 septembre 2014

Toussaint Eric, Venezuela, Equateur et Bolivie : la roue de l’histoire en marche, 2 novembre 2009.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous Story

Upsurge of inter-ethnic violence

Protesters wrapped in flags
Next Story

Algeria is beautiful