Une nouvelle vague de harragas algériens déferle sur l’Espagne

Selon des sources gouvernementales, au moins 418 Algérien(ne)s à bord de 31 embarcations ont atteint les côtes de Murcie, des îles Baléares et d’Alicante, en Espagne, durant ces derniers jours.

Certains observateurs sur place parlent de plus de 1000 personnes arrivées d’Algérie:

Les statistiques de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour l’Espagne, pour la semaine allant du 20 au 26 juillet 2020, confirment que les Algériens sont la première nationalité des arrivés en Espagne.

Selon des sources de la délégation gouvernementale à Murcie, une bonne partie de ces immigrés a été secourue en haute mer par la Garde civile espagnole et d’autres ont déjà été localisés à terre, sur la côte.

Ces arrivées en Espagne, jugées massives, ont fait la une des journaux et des réseaux sociaux en Algérie ces derniers jours, suscitant l’inquiétude aussi bien sur le plan humanitaire que sanitaire. Des vidéos et des photos partagées sur les réseaux sociaux montrent des groupes d’Algériens, parfois accompagnés de femmes et d’enfants, arrivant sur les côtes espagnoles. Ces images n’ont pas manqué de raviver le débat sur la situation politique et économique actuellement très tendue dans le pays.

Cependant, s’il est admis que les bonnes conditions climatiques favorisent la tentation de prendre la mer, force est de constater que cette nouvelle vague ne fait que confirmer une tendance lourde qui se confirme depuis des mois. Selon le HCR, 1993 Algériens sont arrivés en Espagne durant les 5 premiers mois de l’année 2020 (statistique arrêtée le 30 mai 2020). Sur la même période, l’Algérie est, de loin, le premier pays de provenance des personnes arrivées illégalement par mer en Espagne.

Pour les six premiers mois de l’année 2020, les Algériens représentent une arrivée sur deux, affirme la Frontex, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes.

Ces départs en mer à partir des côtes algériennes ont été opérés, faut-il le rappeler, dans un contexte de crise sanitaire due à la pandémie de la Covid-19. Selon les associations travaillant sur les côtes sud de l’Espagne, au moins sept personnes parmi celles arrivées récemment ont été testés positives au coronavirus. Néanmoins, selon les mêmes sources, aucune expulsion n’est à signaler pour le moment.