Makri et la moquerie islamiste

Dans un discours populiste qui frôle le ridicule, titillant la barbe trop pondue des islamistes, Abderrezak Makri, porte parole du mouvement pour la société et la paix (MSP), avait suggéré de criminaliser l’usage de la langue française dans les documents officiels et les institutions, dans le cadre des débats sur l’avant-projet de la révision constitutionnelle.

Continuer à lire sur Le Matin d’Algérie…