Lutter contre la censure : comment contourner la censure du régime algérien ?

6 mins read

Dans tous les pays du monde il existe des formes plus ou moins importantes de censure, que ce soit dans les pays ne pratiquant pas l’accès libre à l’information, comme en Iran ou en Chine, ou même dans certaines démocraties qui rendent inaccessibles certains contenus pour des raisons politiques ou économiques, l’exemple le plus frappant étant certainement la Turquie d’où il est impossible d’accéder à l’encyclopédie en ligne « Wikipédia ». 

Dès lors, comment font les journalistes et autres professionnels de l’information pour pouvoir consulter des sources ou du matériel nécessaire à la rédaction de leurs articles, sans prendre le risque de se retrouver en porte-à-faux vis-à-vis des autorités locales ? Il existe, fort heureusement des outils informatiques qui permettent de passer au-delà de ces restrictions et qui offrent donc un accès à internet libéré de la censure. 

Les journalistes utilisent notamment ce que l’on appelle de réseaux privés virtuels également connus sous l’acronyme VPN (Virtual Private Network) qui sont des services en ligne vous donnant la possibilité de faire passer l’ensemble de votre trafic internet à travers un serveur situé à l’étranger, de manière cryptée et sécurisée. Si le journaliste utilise un service VPN proposant un système de chiffrement suffisamment robuste, couplé à un encapsulage des données, comme ceux d’ExpressVPN, il devient alors impossible pour qui que ce soit de pouvoir décrypter le contenu des paquets d’information échangés sur le net. Cela signifie donc que si un individu malintentionné venait à intercepter les communications émises et reçues par l’appareil de l’utilisateur, il serait impossible de pouvoir en exploiter le contenu. De cette manière, l’anonymat est assuré et permet donc de continuer à travailler de manière sécurisée, même lorsque l’on se trouve dans un pays limitant grandement la liberté d’expression.

Le deuxième avantage d’un VPN, c’est de pouvoir consulter du contenu normalement inaccessible depuis le pays où l’on se trouve. Que ce soit pour des raisons politiques (site internet banni dans un pays donné) ou économiques (comme dans le cas de contenu soumis au droit d’auteur indisponible dans certaines régions), il arrive qu’il soit tout simplement impossible d’accéder à certaines URL. En passant par un serveur VPN situé à l’étranger, vous bénéficiez alors d’une adresse IP du pays dans lequel le serveur est hébergé, ce qui permet de contourner ces restrictions et d’accéder au contenu comme si vous vous connectiez depuis un autre pays, ce qui est d’ailleurs techniquement le cas. 

Un exemple qui parlera peut-être plus à la majorité des utilisateurs d’internet serait par exemple l’existence de vidéos sur YouTube n’étant pas accessible depuis votre pays, en utilisant un VPN et en vous connectant à un serveur situé à l’étranger, vous serez alors en mesure d’accéder à la vidéo en question. On peut également mentionner par exemple des sites comme Netflix, qui proposent un catalogue de séries et de films qui diffère d’un pays à un autre. En utilisant un VPN situé aux États-Unis, par exemple, vous serez en mesure d’accéder à du contenu normalement inaccessible depuis chez vous. 

Il existe également d’autres outils que l’on peut déployer pour pouvoir lutter contre la censure, comme des navigateurs internet qui anonymisent votre connexion, à l’image de TOR, ou des messageries instantanées chiffrées comme Telegram ou Whatsapp (ce dernier étant cependant indisponibles dans certains pays, dont les Émirats Arabes Unis). TOR permet également d’accéder à une couche cachée de l’internet, que l’on appelle le « Dark Web », du fait du contenu très souvent répréhensible qu’on peut y trouver. Il s’avère cependant que le Dark Web est régulièrement utilisé par des journalistes et des activistes situés dans des pays où la répression est grande et la liberté d’accès à l’information quasiment réduite à néant, comme en Chine ou en Corée du Nord. Il est donc très important de faire la distinction entre l’outil, qui peut être employé dans un but positif, de son utilisation qui elle peut être dévoyée de son objectif original. 


A contribution by Adel Soudan. Adel is a U.S-based security expert.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Previous Story

Facebook commits to combat the spread of fake news in the electoral context

Next Story

Public outrage as Algeria's interim head of state appeared to "report back" to Putin