Forte hausse des demandes de renonciation à la nationalité depuis l’intronisation de Tebboune

Commencer

Il semblerait que la cooptation de Abdelmadjid Tebboune par Ahmed Gaid Salah et l’oligarchie qui l’entourait est la goutte qui a fait déborder le vase pour de nombreux compatriotes établis à l’étranger.

En effet, selon des employés du consulat Géneral à Paris, du consulat de Montréal ainsi que d’autres représentations à travers l’Europe, les demandes par courriel et courrier de renonciation à la nationalité algérienne ont augmenté fortement depuis le 12 Décembre 2019, date à laquelle la junte militaire a officialisé un président fantoche.

Un employé nous explique que “depuis le 12 décembre, on reçoit sans cesse des demandes de renonciation à la nationalité algérienne. Malheureusement, on ne peut rien faire pour ces gens”.

En effet, la procédure de renonciation demeurant très opaque, il est très difficile de savoir vers quelles instances se tourner. L’employé, qui a refusé de s’identifier publiquement, ajoute “il n’y a pas seulement des citoyens ayant la double nationalité, certaines demandes nous parviennent de jeunes harraga ainsi que des citoyens qui n’ont que la nationalité algérienne”.

Il est à noter que la renonciation de la nationalité algérienne se fait par décret, dans certains cas de figure peu claires.

Un ressortissant établi à Ouagadougou (Burkina Faso) avec lequel notre rédaction a pu discuter s’est vu ignorer par les autorités algériennes suite à sa demande, “ils m’ont dit il faut contacter le ministère de la justice… qu’ils ne s’occupaient pas de ça. Depuis, rien du tout, moi je veux juste résilier”. Interrogé par rapport aux raisons qui l’ont conduit à cette demande, le concitoyen, quelques peu sous les nerfs, nous confient “je ne veux pas partager la même nationalité avec la 3issaba” (3issaba est un terme utilisé par les algériens pour désigner les tenants du pouvoir actuel).

Autre part, en Allemagne, un autre concitoyen ayant fait une demande similaire se bat depuis encore plus longtemps pour espérer voir sa demande aboutir “quand on contacte le consulat ils nous demandent de contacter le ministère des affaires étrangères. La confusion est totale.

Suite à la nomination d’Abdelmadjid Tebboune, le désespoir de la jeunesse algérienne s’est une nouvelle fois affirmé, notamment avec les traversées de la Méditerranée en embarcations de fortune qui, avant les élections, plus ou moins stagnaient.