COVID-19 : les vrais bons conseils

16 mins read
Start

La pandémie au COVID-19 est avérée et la vie s’est considérablement ralentie dans de nombreux pays. L’Algérie enregistre 60 cas confirmés, avec un taux de mortalité de 8%(un des plus élevés au monde). Néanmoins, on débat encore pour savoir s’il est nécessaire de rester chez soi ou si on peut encore s’autoriser une virée aux Sablettes. Entre inconscience collective et inquiétude exagérée, les fausses informations trouvent leur chemin sur les réseaux sociaux et il est difficile de distinguer le bon conseil du mauvais.

1 – Apprendre les bons gestes

L’hygiène reste le meilleur rempart contre cette maladie. Toutefois, se ruer sur les gels hydroalcooliques et passer ses mains sous le robinet n’est pas tout ! Il faut maîtriser les bonnes techniques de nettoyage.

Voici des vidéos explicatives publiées par l’OMS :

  • Comment se laver les mains :
  • Comment appliquer le gel hydroalcoolique :

Attention ! Ce n’est pas efficace quand les mains sont sales ou si on vient d’utiliser les toilettes.

  • La BBC a aussi mis en ligne des méthodes pour désinfecter son smartphone qui est un vecteur important de microbes :

2 – Eviter les rassemblements, les lieux confinés, et rester chez soi au maximum

Les mesures de confinement ont prouvé leur efficacité en Chine et dans d’autres pays. Il ne faut pas attendre que la maladie se propage plus pour enfin commencer à :

  • Limiter ses déplacements à l’intérieur du pays au maximum et éviter de rendre visite aux personnes âgées et malades. Ceci peut être difficile à vivre mais nécessaire, la technologie permet de plus facilement garder le contact et s’enquérir de ses proches.
  • Éviter autant que possible les transports en commun et, tant qu’on y est, ne pas toucher les surfaces directement avec les mains. Utiliser si nécessaire un papier mouchoir à jeter directement et désinfecter ses mains avec du gel aseptisant juste après, selon la bonne méthode.
  • Éviter les lieux de célébrations, les excursions en grand nombre, les marchés, les mosquées et tout lieu drainant beaucoup de monde.

3 – Les embrassades et les poignées de main, c’est fini !

Certains le prennent mal, d’autres disent en rigolant que ce n’est pas si grave mais il ne faut pas céder ! Expliquer doucement que ces précautions ne font de mal à personne et ne diminuent en rien l’affection qu’on se porte mutuellement.

4 – Pendant qu’on fait ses courses ou au travail :

  • Garder dans la mesure du possible un mètre de distance entre les personnes.
  • Ne pas toucher les poignées et ouvrir les portes de préférence avec le coude ou le dos.
  • Dans les escaliers mécaniques, ne pas toucher la rampe.
  • En rentrant chez soi, ne rien toucher avant d’avoir soigneusement lavé ses mains et son visage et s’être changé.

5 – Ne pas croire tout ce qu’on lit sur internet

Quelques personnes sans scrupules ou pensant juste bien faire relayent des informations en masse qui semblent « correctes et professionnelles » mais sont bien souvent fausses voire dangereuses. Faire un minimum de vérification pour repérer l’intox ne coûte rien. Il faut s’en tenir aux conseils des professionnels et aux informations provenant de sources officielles. Les bloggeuses beauté, votre vielle tante et votre chanteur de raï préféré peuvent faire preuve de bon sens mais ne doivent pas être votre source exclusive d’information !

Voici les liens de quelques groupes Facebook crées par des professionnels de la santé à suivre et pour poser vos questions : https://web.facebook.com/groups/426816271473159/

https://web.facebook.com/groups/217736812962526/

Sur Instagram : https://www.instagram.com/dr.amel.dervic/?igshid=10d5bx33bh58r&fbclid=IwAR17Qn4bmvgFdYfMx358HzoBaktTwrv8HyPzjX2ydjYr9zU1d4xNIyC5gRk

6 – Arrêter de se dire que ça n’arrive qu’aux autres

Un virus ne connait ni frontière ni religion ni nationalité. Il n’a pas de préférence et ne va pas passer son chemin juste parce qu’on le nargue. Prendre ses précautions et adopter des gestes d’hygiène simples ne coûte rien car tôt ou tard on y sera confronté.

Vrai\faux

Nos écrans sont littéralement inondés d’informations relatives au nouveau coronavirus. Chacun y va de son petit avis ou conseil et il est difficile de faire le tri. Nous vous proposons un vrai\faux pour y voir plus clair ci-dessous.

Prendre toutes ces précautions dès maintenant est inutile :

Faux !

Outre le flux massif d’individus à risque dans les urgences qui pourrait conduire à une paralysie de ces dernières et particulièrement du service de réanimation, le manque flagrant de moyens dans les hôpitaux du pays fait craindre le pire. En effet :

  • Un seul laboratoire reçoit les échantillons de tout le pays pour confirmer ou infirmer l’infection.
  • Le test est disponible en quantité très limitée et il est cher.
  • On estime à 500 lits uniquement les soins intensifs à l’échelle nationale (contre 5000 en France).
  • Bien que des mesures préventives soient prises, notamment la fermeture des écoles, universités et autres établissements éducatifs, les vols de et vers l’étranger ne seront suspendus totalement qu’à partir du Mardi 17 et pour certaines destinations jusqu’au Jeudi 19.

Il est donc impératif de prendre le maximum de précautions individuelles et collectives pour limiter la propagation du virus avant que la situation n’échappe à tout contrôle.

La prise d’anti-inflammatoires aggrave la maladie :

Vrai !

La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens type, ibuprofen, diclofenac, voltarène, Celebrex… ou des corticoïdes pourrait faire évoluer la maladie vers une forme grave même chez les jeunes personnes. Leur mécanisme d’action est une diminution de l’activité du système immunitaire pour réduire les symptômes de l’inflammation, leur prise risque d’entraver par conséquent la lutte de l’organisme contre le virus.

L’automédication est donc à proscrire et en cas de fièvre il faut prendre uniquement du paracétamol sans dépasser 3g par jour. Pour les patients soignés par des anti-inflammatoires pour d’autres maladies, le mieux est d’avoir l’avis de son médecin traitant.

On peut fabriquer du gel hydroalcoolique dans sa cuisine :

Faux !

L’OMS a publié un guide pour la production locale de gel aseptisant à l’usage des professionnels de santé, notamment les pharmaciens, qui peuvent en fabriquer dans leurs officines. En faire soi-même requiert des précautions et un savoir-faire, particulièrement en termes d’hygiène et de stérilité, et du matériel assez spécifique (béchers gradués, alcoomètre…).

Quant aux recettes qui pullulent sur les réseaux sociaux, autant les ignorer. Elles contiennent au mieux des huiles essentielles certes bactéricides et virucides pour certaines mais n’ayant aucunement prouvé leur efficacité dans le cas d’une épidémie. Au pire on risque de manipuler des produits inflammables et irritants qui nous mettent en danger inutilement.

Le mieux est donc de respecter les règles de base de lavage des mains et surfaces ; il faut aussi bien choisir son gel hydroalcoolique. Il doit porter sur l’emballage la norme NF EN 14476, car « la référence à cette norme indique que le produit a fait l’objet de tests démontrant son activité sur des virus » et contenir 60 à 70% d’alcool.

Pour les surfaces une solution de Javel 0,5% peut être utilisée pour les désinfecter mais pour les mains ce n’est pas recommandé car irritant à cette concentration.

Le virus affecte juste les personnes âgées :

Faux !

Toutes les catégories d’âge peuvent être contaminées. L’atteinte peut être grave chez les personnes âgées (plus de 60 ans) mais aussi :

  • Chez les personnes ayant des malades chroniques (diabète, asthme, HTA, insuffisance cardiaque …)
  • Chez les personnes avec une immunité faible, celles dont l’organisme est moins capable de se défendre contre les infections. Cette immunodépression peut être due à une maladie ou résulter de la prise de médicaments (immunosuppresseurs, biothérapie, chimiothérapie).
  • Les nouvelles données indiquent que même les jeunes peuvent présenter des formes graves en cas de prise d’anti-inflammatoires.

Les personnes pouvant voir leur maladie se compliquer sont avant tout nos proches et nos parents, Il serait égoïste de les contaminer par simple désinvolture. Le meilleur moyen de se protéger et les protéger est de respecter les règles d’hygiène et leur éviter tout rassemblement ou lieux confinés.

Le masque chirurgical ne protège pas contre l’infection :

Vrai !

Le port de masque chirurgical ne protège pas les personnes saines contre la contamination. Les masques spéciaux filtrants N95 ( ou FF2 ) pour le personnel de santé et les sujets en contact de malades suspects ne peuvent être réutilisés. On ne peut pas les laver ou les désinfecter puis les remettre et il faut les enlever sans toucher la surface en contact avec l’extérieur.

Le coronavirus est un complot du gouvernement :

Faux !

Le COVID- 19 a paralysé des pays entiers. L’État algérien a certes instrumentalisé bien des évènements et situations et il brille par sa mauvaise gestion dans tous les secteurs. Mais ceci doit être une raison de plus pour être prudent !

Tourner en dérision un problème sanitaire sérieux et crier au complot gouvernemental est plus un signe de mépris de ses concitoyens et de leur santé qu’un signe d’une quelconque clairvoyance supérieure.

Avec la chaleur, le virus va disparaitre tout seul !

Faux !

Déclaration farfelue du ministre du transport algérien, ceci est bien évidemment incorrect.

D’après les données disponibles jusqu’à présent, le virus de la COVID-19 peut se transmettre dans TOUTES LES REGIONS indépendamment du climat. Même les zones chaudes et humides.

La température du corps reste la même, 37° en moyenne. Boire de l’eau très chaude et autres breuvages chauds ne change pas la température du corps et par conséquent ne tue pas le virus. Il ne sert à rien de se brûler l’eosophage.

Manger de l’ail du gingembre protège du virus :

Faux !

L’ail et le gingembre peuvent avoir des vertus antimicrobiennes et protectrices mais rien ne prouve qu’elles le sont particulièrement contre ce virus. Prendre des oranges pour la vitamine C, de l’ail ou du miel peut nous aider à surmonter la grippe mais ne protège pas de la contamination.

En définitive, manger sainement est primordial mais aucun aliment ne fera office de vaccin contre le nouveau coronavirus.

Pour finir voici quelques liens utiles pour suivre les recommandations et informations relatives à l’épidémie :

  • Le site de l’OMS :

Conseils : https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public?fbclid=IwAR0cPWdcPCDA1eGHAmhm0ismXVQJyP4DbgYa36bK0YKLB5TDog3PhYhAoF0

Questions\réponses :https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/myth-busters


Un article par Samia Sad.