Confidentiel

Algérie: la femme de Sabri Boukadoum louerait un appartement de luxe à Trump Tower

Commencer

Dans un pays où beaucoup doivent faire la queue pendant des heures pour mettre la main sur du lait subventionné, un ancien candidat à la présidentielle en exil a révélé comment la femme du ministre algérien des Affaires étrangères loue un appartement de luxe à Trump Tower pour 25000 $ par mois.

Ghani Mahdi, ancien candidat à la présidentielle, citant des sources crédibles, a décrit comment Sabria Boukadoum a piqué une crise de colère lorsqu’on lui a demandé de quitter la résidence fournie par l’État et destinée à l’ambassadeur, chose que son mari n’est plus. Sabria Boukadoum aurait exigé qu’elle soit logée à Trump Tower ou squatterait la résidence indéfiniment. Forçant le nouvel ambassadeur et sa famille à loger dans un hôtel.

Sabria Boukadoum et son mari auraient accumulé une grande fortune, en grande partie grâce à leur amitié avec la famille Bouteflika.

Selon les allégations qui ont encore une fois mis en lumière les pratiques obscures du régime algérien, le ministère des Affaires étrangères, dirigé par son mari Sabri Boukadoun, a approuvé la demande de location d’un appartement de luxe qui coûterait à l’État l’équivalent de 4 525 000 dinars algériens, soit environ 181 fois le SMIC. En parallèle, Sabria Boukadoum gagne plus de 12000 $ par mois en franchise d’impôt, hors dépenses diverses telles que factures, éducation des enfants dans les écoles privées, chauffeurs, billets d’avion et autres dépenses, entièrement à la charge de l’État.

Ces allégations s’inscrivent dans un contexte économique complexe pour le pays, caractérisé par une chute rapide des réserves de change et des niveaux endémiques de corruption.

Sabri Boukadoum est l’actuel ministre algérien des Affaires étrangères. Il a été nommé par Said Bouteflika, le frère du président tombé en disgrâce, qui dirigea le pays dans l’ombre depuis que son frère, Abdelaziz Bouteflika, fut victime d’un accident vasculaire cérébral. Saïd Bouteflika est actuellement en prison, accusé de “complot contre l’Etat”, il a été condamné à une peine de 15 ans de prison.

Ambassadeur à l’ONU pendant de nombreuses années, Sabri Boukadoum avait auparavant recruté Medhi Remaoun, le fils de son ami Nouria Benghabrit, dans le cadre de la mission algérienne auprès des Nations Unies à New York. Auparavant, il avait également été accusé d’avoir usé de l’influence politique de son ami Said Bouteflika pour faire transférer sa femme, Sabria, à New York en tant que consul d’Algérie.